Connexion

Nom d'utilisateur

Mot de passe

Deadpool (1)
Inspiré de : Deadpool
Fanfiction
+13
Auteur :
Catégorie : Fanfiction
2
1
2pts
Lecture Zen
-Salut, moi c'est Deadpool. Vous savez, le type avec les sabres et les flingues qui bute les méchants. C'est bon, vous vous souvenez de moi ? Eh bien, figurez-vous que trois semaines se sont écoulées depuis que j'ai sauvé Vanessa et, depuis qu'on s'est retrouvé, je me sens bien mieux. Après tout, rien ne vaut les cuisses d'une vraie femme, même pas ma licorne en peluche. Ah, sacré licorne, je dois dire qu'elle en a vu des vertes et des pas mûres.

Wade Wilson caressa sa licorne du bout de ses doigts et la câlina. Il ferma les yeux lorsque les poils de sa douce crinière caressèrent son visage hideux totalement indescriptible.

-Comment ça, indescriptible ? T'es un auteur, bordel, tu connais bien deux ou trois mots qui peuvent décrire cette testicule à dents qui me sert de visage, alors fais ton job et décris-moi, narrateur de mes deux !

Souvenez-vous, il y a quelques années de cela, Wade, diagnostiqué cancéreux, décida de subir une thérapie assez particulière. En effet, un scientifique fou nommé Ajax...

-Francis, connard ! Il s'appelle Francis ! Ajax, c'est le produit qu'utilise Al quand elle nettoie le lavabo. D'ailleurs, comme la licorne, le lavabo non plus ne vaut pas les cuisses d'une f....

Francis avait délibérément...

-Ouais, vas-y, coupe-moi la parole, je te dirai rien. Après je viendrais te masser les épaules et te lécher les couilles, auteur de merde.

Nous disions donc que Francis, dans son laboratoire, lui injecta un sérum censé faire de lui un super-héros en faisant se développer les cellules mutantes de son organisme. Il fut question de les développer parce que les mutations, contrairement à ce que pensent les gens, sont naturelles ; avoir les yeux bleus, verts ou marron provient d'une mutation, pareillement pour la couleur des cheveux, pour les handicaps et tout autre trait physique de notre personne. Toutefois, ledit traitement avait, afin de lui donner les pouvoirs qu'il eut acquis par la suite, déformé son visage ressemblant désormais à un steak moisi assaisonné à la sauce acide sulfurique.

-Bah tu vois quand tu veux, c'est pas si dur de me décrire.

Cependant, afin de donner naissance à cette erreur de la nature, Francis dut avoir recours à un moyen peu orthodoxe ; l'adrénaline étant un catalyseur (une substance accélérant une réaction chimique) de la réaction entre le sérum et les cellules mutantes, il opta pour la torture sous toutes ces formes.

-Bordel, mais tu peux pas résumer la situation plus vite, je me fais chier à t'écouter, moi ! En gros, voilà ce qui s'est passé. Francis a fait de moi ce que l'autre con vous a décris, alors après avoir souffert comme pas permis, je me suis délivré, il m'a laissé pour mort, je suis revenu, je l'ai retrouvé, je l'ai défoncé et je lui ai collé une balle entre les deux yeux. Depuis, moi et ma meuf, Vanessa, vivons en paix. Nous nous sommes mariés et j'ai appris le mois dernier qu'elle était enceinte. Difficile à croire que dans à peu près sept mois, je serais papa.

La nouvelle eut été si choquante que Wade ne put se retenir de hurler. Al n'avait d'ailleurs jamais entendu un homme monter aussi haut dans les aigus. Bref, depuis que Deadpool avait tué son ennemi de toujours, sa vie semblait s'être grandement améliorée. Après tout, le fait de posséder une force extra-ordinaire et de pouvoir se régénérer à souhait donnait quelques avantages. Pour recouvrer un visage normal, Wade tenta de nombreuses opération de chirurgies esthétiques mais, chaque fois, son visage reprenait sa forme initiale. Il abandonna donc son projet de ressembler à l'homme qu'il était autrefois.

-Bon, écoute, t'es sympa, mais là, j'essaie de dormir. Après tout, il est quoi, deux heures du matin. Alors peut-être que t'es un couche-tard, mais c'est pas mon cas, alors silence radio, moi je dors.

Le réveil de Deadpool, posé sur une table de nuit du côté de Vanessa qui, du fait de son travail de serveuse dans un club de strip-tease, se trouvait actuellement en train de servir les derniers clients habituels, indiquait pourtant minuit et demi.

-Mais ferme-la, bordel ! Qu'est ce qu'il y a de difficile à comprendre ? Ou alors tu préfères que je me dérange et que je te zigouille ? Bien, je préfère ça. Maintenant bonne nuit.


Le lendemain, au petit matin, à huit-heures treize, le réveil sonna. Wade grogna quelques mots incompréhensibles et, aussitôt après, Vanessa, d'un geste gracieux, interrompit la radio en appuyant sur le bouton du réveil.

-Il faut que j'y aille, Wade, je suis de corvée, ce matin. T'as qu'à dormir encore un peu. Je me ferai pardonner quand je rentrerai.
-Fais chier, je … attends, te faire pardonner ? Tu veux dire, ce genre de pardon ?

Deadpool forma un cercle avec son pouce et son index droits tandis que Vanessa bloqua sa main lorsqu'il approcha l'index de sa main gauche du cercle formé.

-Oui, ce genre de pardon, rit-elle. Bon, je file me doucher. Et interdiction de te servir de la licorne en mon absence, compris ?
-Tout ce que tu veux, ma belle. Je prendrai une des chaussettes de Al, à la place.
-Sale con, répondit Vanessa en lui frappant légèrement l'épaule.
-Qu'est-ce que tu veux faire à mes chaussettes, s'écria Al, occupée à préparer le petit-déjeuner dans la cuisine.
-Il ne fera rien, lui répondit Vanessa

Wade voulut répliquer, mais sa femme lui posa un doigt sur la bouche et lui souffla de se taire.

-Je serai de retour dans une heure ou deux. À tout à l'heure.

Elle partit se laver et, lorsqu'elle eut terminé, elle envoya un baiser à Wade qui mima de le recevoir sur la joue. Elle lui fit signe de la main et quitta le petit appartement de Deadpool. Ce dernier, incapable de se rendormir, quitta son lit et entra à son tour dans la salle de bain. Il ôta son T-shirt rouge ainsi que son pantalon en …

-Stop ! On arrête ! On n'a pas droit à un peu d'intimité ? Allez, dehors le poète, plus vite que ça !

Deadpool claqua la porte et, quelques secondes plus tard, l'eau de la douche commença à couler et Wade entama une chanson de Wham!, son groupe de musique préféré. Sept minutes passèrent avant que l'eau ne cessât de couler et que, une serviette accrochée autour de la taille, Wade sortit de la salle de bain. Il s'habilla rapidement, enfilant son T-shirt rouge et son pantalon blanc.

-Je vais chercher le petit-déjeuner à la boulangerie du coin, il faut que je prenne des forces pour pardonner Vanessa comme il se doit. Je suis de retour avant que tu n'aies le temps de voir que je suis parti.
-Mais putain, Wade, je suis en train de le préparer, ton petit-déjeuner.
-Bon, OK, t'énerve pas. Promis, j'appelle les pompiers en route.
-C'est pas parce que je suis aveugle que je sais pas cuisiner, pauvre con.


Une demie heure plus tard, ouvrant la porte de l'appartement avec son pied, Wade entra et s'assit sur le canapé, en face de la télévision qui, exceptionnellement, était éteinte. Il posa, sur la petite table juste devant lui, un sac rempli de nourriture.

-T'en as mis du temps, dit Al en entrant dans le salon, sa canne dans les mains.

-C'est parce que j'ai fait un tour à la supérette. Tu savais que la betterave, la pastèque et le chocolat font bander plus fort ?
-Si j'avais été équipée, j'aurais pu essayé, mais je ne suis qu'une vieille femme, Wade.
-Au fait, il était bon ton petit-déjeuner ?

La mine d'Al se rembrunit. Elle s'assit sur le fauteuil, juste à côté de Deadpool.

-M'en parle pas. J'ai fait des pancakes, mais quand j'ai voulu les faire sauter, j'ai pas réussi à les retrouver. Tu m'as pris quelque chose ?
-Évidemment. Attends, t'as essayé de faire sauter tes pancakes ? T'es au courant qu'il faudrait au moins que tu voies devant toi, pour ça ?
-Arrête de te moquer et passe-moi un truc.

Wade lui tendit deux pains au chocolat qu'elle attrapa en le remerciant. Ils mangèrent en décrivant les diverses positions qu'il …

-Mais bordel, t'en fais exprès ! Tu vas pas décrire comment je m'occupe de ma femme ! Et arrête de faire la tronche, je te vois d'ici. Tu sais quoi, t'as qu'à dégager. Allez, oust, dehors, bye bye, sayonara ! Tu reviendras quand j'aurai fini.

Agacé, Wade ferma, pour la seconde fois, la porte et continua sa discussion avec Al.


Deux heures passèrent sans que Vanessa ne donnât la moindre nouvelle. L'attente était longue, mais à dix heures et quart, quelqu'un frappa à la porte.

-Si c'est toi, connard de narrateur, tu peux rester dans le couloir.
-Je suis pas narrateur, monsieur Wilson, je suis livreur de pizza, répondit une voix de l'autre côté de la porte.
-Tu me prends pour un couillon, couillon. J'ai jamais commandé de pizza.
-Pourtant, j'ai une pizza anchois et sauce piquante commandée pour cette adresse.

Les pas de Wade résonnèrent dans le couloir jusqu'à ce qu'il s'arrêtât et, une demi-seconde plus tard, la porte de l'appartement s'ouvrit brutalement.

-Montrez-moi ça, dit-il, s'apercevant qu'il ne s'agissait pas d'une plaisanterie.
-Il y avait aussi un message pour vous, d'une certaine Vanessa Wilson.

Lorsque le livreur prononça le nom de sa femme, Deadpool écarquilla les yeux et arracha le bout de papier des mains du jeune homme habillé aux couleurs de Pepe's pizza, la pizzeria du coin et le lut à haute voix.

-Cher Wade, j'espère que tu te rappelles de moi, parce que moi, je ne peux pas t'oublier. Retrouve-moi à midi sur le pont, et surtout, ne sois pas en retard, tu n'as pas envie que je le fasse payer à Vanessa.

Al arracha le papier des mains de Deadpool, sous le regard stupéfait des deux hommes.

-Merde, c'est vrai, faut avoir des yeux pour ça, se plaignit-elle.

Elle rendit le bout de papier à Wade qui finit de lire la lettre.

-Au plaisir de te tuer, Angel.

Wade rendit le message au livreur qui attendait, main tendue en avant, son pourboire.

-Qu'est-ce que tu fais encore là, toi ?
-Vous n'avez pas payé la pizza, monsieur.
-M'en fout, je la prends pas, j'en n'ai pas commandé.
-Monsieur, vous devez payer.
-Ok, attends. Tu permets que je la goutte ?

Wade attrapa une part de pizza et mordit dedans à pleines dents. Toutefois, il recracha aussitôt le contenu de sa bouche sur le visage du livreur.

-Désolé, elle est froide, je prends pas.
-Monsieur, elle fume encore, dit-il en nettoyant la nourriture qui lui coulait le long de la joue.
-Bon, écoute-moi bien, répondit Deadpool en agrippant le col du livreur. T'es pas assez bien payé pour insister, alors maintenant, tu dégages, c'est clair ?
-Monsieur, si je reviens avec la pizza, je me fais virer, c'est sûr.
-Mais j'en ai rien à battre de ton job de merde. C'est pas de ma faute si tu t'es fait entuber par une fille au téléphone. Maintenant, je te jure que si t'es encore dans mon champ de vision dans trois secondes, je t'enfonce ma bite dans le cul jusque ce que j'arrive à te gratter l'estomac de l'intérieur. Un... deux...

Le livreur ne semblait pas pressé de partir, mais lorsque Wade défit la ceinture de son pantalon, il s'empressa de quitter les lieux en moins de temps qu'il ne lui en fallut pour l'allée. Deadpool ferma alors la porte et s'assit sur le canapé, rejoint immédiatement par Al.

-Bordel, Vanessa, enlevée par la pute que je me suis tapé avant-hier, j'y crois pas. Je comprends pas surtout, elle avait dit qu'elle avait aimé.
-T'en fais exprès ou t'es con ? Ta pute, elle s'appelait Angela, là, il est question de …
-Ah oui, la vieille au pull tricoté que j'ai bousculée hier à la supérette. Je l'avais oubliée.
-Wade, ça c'était ma sœur !
-C'est ta sœur qui a enlevé Vanessa ?
-Non, connard ! Angel, c'est la pouffiasse qui travaillait avec ton Francis.

Soudain, le cerveau de Wade eut un déclic, il se leva brutalement, renversant presque la table basse devant lui, et se précipita vers l'armoire dans laquelle il cachait son costume.

-Et merde alors! Je la croyais morte, celle-là. Bon, pas le choix, je vais au manoir des X-men, je vais avoir besoin de monsieur-faut-pas-tuer-les-méchants et de madame-je-fais-la-tronche. Putain, tu parles d'une journée de merde.

Wade s'enferma alors dans la salle de bain et enfila son costume. Lorsqu'il en ressortit, il portait son fameux costume rouge et noir. Ses deux sabres, rangés dans leurs étuis eux-même accrochés dans son dos, semblaient prêts à trancher toute chose passant sous leurs lames. Deux revolvers étaient accrochés à sa ceinture, à côté de son baladeur MP3.


-Je crois que je suis prêt. Tu peux appeler mon taxi pour moi.
-Je pense que ça va être compliqué, répondit Al.
-Comment ça ? Tu trouves plus le téléphone ?
-Non, trou du cul. Dopinder est en prison.
-Comment ça, en prison ?
-Tu t'attendais à quoi ? Tu lui dis de tuer son cousin et de séquestrer sa femme pour la reconquérir. Évidemment qu'il s'est fait choper.
-Bon, bah j'ai plus qu'à appeler le duo de l'ennui pour qu'ils viennent me chercher, se lamenta-t-il.

Non sans un certain déplaisir, Wade attrapa le téléphone posé sur la commode, à droite de la porte de la salle de bain, et composa le numéro de l'institut. Après quelques brèves sonneries, Colossus, le géant de métal, lui répondit.

-Allô ? Qui est à l'appareil.
-C'est Deadpool.
-Deadpool, répondit-il surpris, qu'est ce qui vaut appel ?
-Écoute, j'ai besoin de ton aide, à toi et à … euh... ton ado, j'ai oublié son nom.
-Negasonic
-Oui, c'est ça, Negachose. Bon, que je te résume, ma femme s'est faite enlever et j'ai rendez-vous sur le pont dans une heure.
-Et pourquoi tu aurais besoin aide ?
-Parce que c'est la fille qui bossait avec Francis. Tu te rappelles, tu t'es battu contre elle la dernière fois qu'on a fait équipe ensemble.
-Ah, oui, femme très forte. Mais là, pas possible d'aider, Negasonic a euh... je crois qu'elle a dit « rencart ».
-Quoi ?! Elle a un rencard ?
-Oui, avec fille très charmante. Mélissa, je crois.
-Bon, OK, on fera sans. Tu pourrais passer me prendre chez moi ?
-Désolé, pas possible, je fais cookies pour Mélissa. J'ai promis à Negasonic de les finir. Autre fois peut-être ?
-Non, pas de prochaine fois, c'est maintenant ou jamais.
-Désolé Deadpool, alors ce sera jamais.
-Enfoiré de métal !
-Surveille tes paroles.

Énervé au plus haut point, Wade raccrocha violemment le téléphone et le reposa sur son socle.

-Non mais je rêve ! Il me laisse tomber parce que Méga Sonic veut aller brouter de la chatte !
-Calme-toi, Wade, c'est une ado, elle fait ce qu'elle veut.
-Mais je m'en fous qu'elle soit à son rencard. Si on m'aide pas, comment je vais en brouter, de la chatte, moi ?! Et puis merde, j'y vais tout seul. Je prends mes guns et je vais lui péter sa gueule à la Angel !

Sans lui parler d'avantage, Al l'aida à rassembler quelques armes telles que des pistolets mitrailleurs, des fusils à pompe et toute autre type d'armement. Lorsque Deadpool eut un sac contenant une dizaine d'arme et de plusieurs dizaines de packs de munition, le téléphone sonna.

-Deadpool, c'est encore moi, résonna la voix de Colossus dans le combiné.
-Qu'est-ce que tu veux, mou du gland ?
-Pourquoi tu m'insultes ? Je ne suis pas méchant.
-Au, pardon, tu préfères peut-être que je t'appelle princesse ?
-Cesse tes moqueries. Je voulais te dire que j'ai fait appeler X-man pour venir aider. Il s'appelle Wolverine.
-Tu plaisantes ! Wolverine va venir m'aider ?
-Mais il n'a pas précisé ce qu'il voulait en échange. Tu verras avec lui. Il passera te prendre, il ne devrait pas être long.

Sans remercier le colosse, Deadpool raccrocha et, jetant son sac sur son épaule, sortit de l'appartement. Une fois à l'extérieur, il put constater qu'une voiture blanche était garée sur le trottoir d'en face. Il était onze heures et demi lorsque un homme aux cheveux châtains, aux yeux marrons et au T-shirt blanc en sortit et, d'un geste du doigt, invita Wade à le rejoindre. Deadpool n'hésita pas une seconde et monta côté passager. Le X-man prit alors place aux commandes et démarra, direction le pont.


-Alors c'est toi, Wolverine ?
-Nan gamin, je suis chanteur de country.
-Je vois, ça explique la coupe de cheveux.

L'homme sortit alors ses griffes et Deadpool se tut immédiatement.

-Je te préviens, gamin. Si j'ai bien voulu venir, c'est parce que j'attends quelque chose de toi.
-Je me doutais qu'il y aurait un truc du genre, souffla-t-il. Personne ne fait plus rien uniquement pour aider son prochain.
-Et toi le premier, d'après ce que j'ai compris. Maintenant tu la fermes, Deadpool, ou je te plante, c'est clair ? Je sais que tu n'en mourras pas.

Wade, intimidé par son partenaire …

-Mais arrête de raconter de la merde ! Je suis pas intimidé, j'ai juste pas envie de me battre seul.
-C'est à moi que tu causes, gamin ?
-Non, c'est à l'idiot qui narre ce truc, fais pas attention.
-Prends-moi encore une fois pour un con et tu le regretteras, lui dit-il en le fusillant du regard. Maintenant, pour la dernière fois, tu la fermes.

Il était onze heures lorsque les deux héros, Deadpool et Wolverine, arrivèrent sur le pont. Lorsqu'ils s'approchèrent, ils virent que plusieurs voitures, détruites, bloquaient la route, et ce des deux côtés. Ils passèrent aisément entre les ruines des véhicules et, lorsqu'ils arrivèrent à la moitié du pont, ils virent Angel tenant fermement Vanessa par la gorge. Cette dernière ne semblait pas blessée, au gros soulagement de Wade. Angel, quant à elle, avait beaucoup changé depuis leur dernière rencontre. Elle avait la moitié du visage brûlé, cicatrice de sa défaite contre Negasonic, et avait changé de coiffure ; ses cheveux étaient désormais coupés à ras de son crâne. Incapable d'attendre plus longtemps, Deadpool fut le premier à prendre la parole.

-Ne t'en fais pas, ma chérie, je suis venu te chercher.
-Je suis la aussi, je te rappelle, le héla Wolverine.
-Mon ami et moi sommes venus te chercher, corrigea-t-il. Tout sera bientôt terminé.-Exact, tout sera bientôt terminé, pour toi, du moins, répliqua Angel. Tu vas bientôt rejoindre Ajax.
-Alors là, laisse-moi te répondre deux choses, répondit Deadpool. D'une, il s'appelait Francis ; de deux, qu'est-ce que c'est que ce look. Bon, ok, pour la coiffure, on va dire que la coiffeuse s'est plantée, mais qu'est-ce que t'as fait à ton visage ? On t'as jamais appris à différencier un lisseur d'un gaufrier ?
-La ferme ! Hurla-t-elle en jetant l'une des voitures détruites vers les deux héros.

Le projectile heurta violemment le sol là où ils se trouvaient quelques secondes avant de plonger chacun d'un côté. Ils se relevèrent rapidement et, en quelques secondes, Wolverine sortit ses griffes. Deadpool l'imita et dégaina ses sabres jusqu'à ce que, derrière Angel, une dizaine d'hommes armés sortir de derrière des carcasses de véhicules en tout genre et leur tirèrent dessus. Les balles touchèrent leurs cibles mais, de par leur invulnérabilité, ils ne subirent aucun dégât, excepté une vive douleur dans l'ensemble du corps.

-Vous allez le payer ! Hurla Wolverine.

Il chargea alors les dix hommes et, chacun leur tour, il les taillada à l'aide de ses griffes. Angel ne parut pas agacée, bien au contraire. Un frisson glacé parcourut alors l'échine de Wade. Peu de temps après, une lumière éblouissante apparut et vint s'écraser sur le pont. Deadpool s'approcha légèrement et s'aperçut que ladite lumière provenait d'un homme, d'un mutant, plus précisément. L'homme semblait normal, jusqu'à ce qu'il envoyât une boule de feu sur le héros qui, in extremis, l'esquiva.

-Je vous présente Solaris. C'est la toute dernière trouvaille d'Ajax : un homme capable de créer et maîtrises les flammes.

Wolverine tenta une approcha discrète, mais Angel l'entendit et, lorsqu'il plongea vers Solaris, elle le propulsa, d'un seul coup de poing, à côté de Deadpool qui, ayant rapidement rangé ses lames, amortit la chute avec son corps.

-Je m'occupe de lui, dit le X-man sans le remercier. Pendant ce temps, occupe-toi de la fille !
-J'aurais pas dit mieux, lui répondit-il.

Esquivant les diverses boules de feu projetées dans sa direction, l'homme aux griffes courut droit vers le mutant pyromane tandis que, de son côté, Deadpool s'approcha lentement d'Angel.

-Pourquoi avoir enlevé Vanessa ? Si tu voulais t'en prendre à moi, tu n'avais qu'à venir frapper à ma porte en disant que tu voulais une bonne vieille branlée.
-J'ai enlevé Vanessa parce que je voulais que tu saches ce que ça fait quand on voit la personne que l'on porte le plus dans notre cœur se faire tuer par un cinglé en pyjama moulant.
-Mon costume n'est pas moulant, lui répondit-il en boudant.
-Peu importe, super-connard, quand tu seras à terre, incapable de bouger, je trancherai Vanessa en deux sans que tu puisses faire quoi que ce soit et je t'obligerai à regarder. Et ensuite, je te tuerai.
-Tu m'excuseras, mais je vais pas te laisser faire.

Aucune réponse ne sortit de la bouche d'Angel. Au contraire, elle hurla en chargeant son adversaire. D'un vif coup d'oeil, Deadpool remarqua que, dans le combat opposant les deux mutants, Wolverine semblait avantagé du fait que la moindre brûlure qu'il subissait cicatrisait immédiatement. Se concentrant à nouveau sur la femme le chargeant, Wade esquiva le coup de poing censé l'atteindre en plein thorax et envoya un coup dans le genou de son adversaire. Cependant, la résistance d'Angel fit qu'elle ne céda pas. Avec un léger rictus, elle frappa le visage de Deadpool qui fut propulsé quelques mètres en arrière. Il se releva aisément, étonné de la puissance adverse. Il voulut faire une remarque, mais son adversaire n'avait pas attendu qu'il se relevât pour lui donner un puissant coup de pied dans les côtes. Le héros aux sabres fut derechef balayé sans ménagement, mais aussi se releva-t-il sans mal. Il esquiva d'une roulade sur le côté le pied de son adversaire venu l'écraser et se releva d'un saut carpé. Lorsqu'il se retrouva sur ses pieds, il bondit sur Angel et, esquivant un coup de poing, lui asséna un uppercut dans les côtes ainsi qu'une droite en plein visage. La mutante recula faiblement et contre-attaqua, mais manqua sa cible qui, d'un pas de côté, la frappa à l'arrière du crâne. Pendant qu'elle chancelait, Deadpool voulut lui frapper le visage, mais d'un geste vif, Angel attrapa le couteau qu'elle gardait accroché à sa ceinture et le planta dans le thorax de Wade.

-Vilaine fille, dit-t-il en ôtant la lame.

Aussitôt, un filet de sang s'échappa de la plaie qui, au bout de quelques secondes, se referma.

-Je voulais me battre réglo, mais apparemment ce n'est pas ton cas, continua-t-il. Tant pis, tu l'auras voulu.

Il posa ses mains sur les pommeaux de ses sabres et les libéra de leurs étuis. Un léger crissement métallique, donnant froid dans le dos à la femme mutante, résonna dans l'air durant cette manœuvre. Aussitôt, Wade plongea sur elle et tenta de la transpercer, mais elle recula d'un pas vif et assuré. Il réitéra mais, lorsqu'Angel recula de nouveau, Une lame métallique lui transperça le torse. Peu de temps après, elle s'écroula, morte. Wolverine, se tenant derrière elle, nettoya ses griffes sur la veste noire de sa victime.

-T'as mis trop longtemps et j'ai autre chose à faire que d'affronter des demis-portions.
-Mais je l'avais, là !
-Peut-être, mais ton temps était écoulé.

Deadpool voulut riposter, mais une voix féminine l'en dissuada : Vanessa. Il la rejoignit sans attendre et, lorsqu'elle se releva, il la prit dans ses bras.

-Tu n'as rien ? lui demanda-t-il.
-Non, elle ne m'a pas touchée. Heureusement que tu était là, toi et ton ami.
-Comme toujours, je serai toujours là pour vous sauver, princesse.
-Bon, vous êtes mignons, vous deux, mais y en a qu'on des trucs à faire, alors grimpez dans la voiture, je vous dépose.

Tout en s'embrassant tendrement, ils se dirigèrent vers la voiture blanche du X-man et montèrent à bord.


Sans encombre, Wade et Vanessa entrèrent dans l'appartement du jeune homme. Lorsqu'ils passèrent le seuil, Al les accueillit chaleureusement et enlaça Wade.

-Vanessa, tu es là ? Je suis si contente qu'il ne te soit rien arrivée. Viens dans mes bras.
-Euh, là c'est moi que tu câlines, mère poule, rétorqua Wade.
-Oh, excuse-moi, je me disais aussi que Vanessa avait un ventre plus plat, plaisanta-t-elle.
-Moi aussi je suis contente de te revoir, Al, lui dit la jeune femme avant que son mari ne répondît à la taquinerie de l'aveugle.

Elle l'enlaça à son tour et, lorsque la vieille femme retourna dans la cuisine, Vanessa approcha sa bouche de l'oreille de Wade et lui chuchota sensuellement :

-Je crois que c'est le moment pour moi pour me faire pardonner.
-Oh oui, je crois aussi, répondit-il. Mais avant je dois faire un truc rapide, tu permets.

Elle hocha la tête et aussitôt Wade se dirigea vers …

-Allez, c'est fini, monsieur le narrateur de mes deux, tout est rentré dans l'ordre alors t'as plus rien à faire ici. Allez, dégage, tu m'as assez saoulé pour le reste de mes jours. Mais fais pas la gueule. Promis, si un autre super-méchant arrive, tu seras le premier prévenu.

Il ferma brutalement la porte. Et ainsi se termine la glorieuse épopée de Deadpool. Après avoir vaincu Angel, rien ne semblait plus pouvoir briser la douce tranquillité de sa vie conjugale avec Vanessa. Enfin, nous n'en savons rien, seul l'avenir nous le dira.




Vous avez aimé cette histoire ? Partagez-la !
D'autres histoires que vous pourriez aimer...
Quitter la Lecture Zen Options Lecture audio
a
A



OK
Version mobile
Catégories