Connexion

Nom d'utilisateur

Mot de passe

Un destin inattendu (1)
Fantastique
Tout Public
Auteur :
Catégorie : Fantastique
4
2
4pts
Lecture Zen
[ Chapitre : 1 - 2 - 3 - 4 - 5 ]
Prologue

Je m'appelais Sélina, qui signifie Lune en Grec. Oui, vous avez très bien compris « m'appelais ». J'étais une louve garou lorsque je me suis fait assassinée, le 25 septembre 1951, par la plus puissante des sorcières. Elle se prénomme Angie et vit toujours à Loudenvielle, dans les Pyrénées.

Je vais vous résumer la situation :

Le village des Pyrénées est occupé par la plus grande meute de loups garous de France. En 1951, Le couple Alpha était le Roi Richard et la Reine Gabrielle. Ils régnaient sur les trente-trois clans qui vivent discrètement dans le pays.

Le Roi maintenait sa meute dans un état de paix contrôlé. Les loups garous bagarreurs ou qui semaient la zizanie étaient éliminés. Oliver, mon époux, était son bras droit depuis une vingtaine d'années déjà. Puis, il y avait Jacques. Un loup garou ambitieux, mais très malin. Il s'est fait de nombreux amis dans la meute. Cela lui a permis de monter discrètement en grade, jusqu'à la place de bras gauche. Son intelligence faisait de lui un excellent stratège. Sa prestance impressionnait le Roi. J'en ai encore des sueurs froides.

Les sorcières et les loups garous sont intimement liés depuis de nombreux siècles. Chaque meute possède la sienne, élue par un rituel lors du solstice d'hiver. La sorcière a pour rôle de la protéger et de la dissimuler aux yeux humains. Celle de la meute des Pyrénées est justement Angie, ma meurtrière.

Une tradition lupine se perpétue depuis des siècles. A la Toussaint, dix loups garous par meute ont la possibilité de choisir un de leur proche qu'ils voudraient transformer.

Ayant succombé à ses charmes, Jacques a demandé à ce qu'Angie rejoigne la meute. La sorcière est ainsi devenue un loup garou à la pleine lune suivante. Ses nouvelles forces ajoutées à ses pouvoirs la rendaient particulièrement redoutable. En effet, elle pouvait contrôler les quatre éléments : le feu, l'eau, la terre, et le vent. Ses rituels magiques étaient puissants et maléfiques. Son côté loup garou lui conférait une force physique redoutable, une vitesse exceptionnelle, une capacité de régénération rapide, et des sens ultradéveloppés. La sorcière est devenue un prédateur sociopathe, dotée d'une longévité considérable.

J'avais lié une amitié fraternelle avec la Reine. Elle était douce, juste et ferme quand c'était nécessaire. Nous étions inséparables. Un jour Gabrielle me confia que Richard et elle craignaient Angie. L'Alpha était conscient que Jacques était intéressé par le pouvoir. Seulement, il redoutait que la sorcière applique une vengeance sanguinaire, si celui-ci mettait fin à la vie de son bras gauche. Cette situation terrifiait la Reine. Son statut de dominante servait uniquement à gérer les femelles de la meute. Elle ne pouvait intervenir dans les affaires du clan. L'Alpha refusait d'écouter ses conseils avisés. Gabrielle et moi mîmes en place une stratégie plutôt dangereuse.

Pour accéder au trône, Jacques devait d'abord devenir le bras droit du Roi et ainsi prendre la place hiérarchique de mon mari dans la meute. Pour ce faire, il demanda la permission à Richard de se battre en duel contre Oliver. L'Alpha accepta.

Cependant, mon mari n'était pas un bagarreur, il pensait refuser le duel. Le pouvoir ne l'intéressant pas, il était prêt à lui céder son grade.

Gabrielle et moi avions misé nos espoirs de sauver la meute sur Oliver. S'ils ne s'affrontaient pas, Angie et Jacques provoqueraient le couple Royal en duel pour accéder au pouvoir. Pour atteindre la tête de la meute, ils devraient les tuer. Je refusais de perdre la précieuse amitié de la Reine, puis de la voir mourir sous mes yeux impuissants. Il était impensable qu'une sorcière règne sur les loups garous. Les meutes étaient vouées à un avenir incertain.

Richard tenta de persuader Oliver de se battre en duel. S'il gagnait, Jacques n'aurait plus l'occasion de lui prendre sa place. Le couple Royal ne serait plus en danger pour un temps à durée indéterminée. Oliver tint tête au Roi et refusa le duel. Je le regardais abasourdie, ne comprenant pas pourquoi mon époux préférait protéger une amitié au dépend de l'avenir des meutes.

Je me laissais tomber à genoux à ses pieds, le visage baigné de larmes levé vers le sien, en tenant fermement sa main entre les miennes.

̶    Oliver, je t'en supplie. Ne cède pas à Jacques. Accepte de te battre en duel, l'implorai-je une énième fois.
Oliver me lança un regard froid. Il resta fermé à mes supplications. Jacques devint le bras droit du Roi Richard.

Une rage sanguinaire irradia mes veines. J'étais prête à tout pour protéger le couple Royal, mais aussi tous les loups garous. Ce n'était pas mon rôle, je n'étais qu'une femelle. Mon statut faisait de moi un être dépendant d'un mâle, régit par des lois lupines depuis des millénaires. Mon instinct me poussa à me rebeller.

̶    Je te défis en duel ! Menaçai-je Angie.

Un sourire cruel se dessina sur les lèvres de la sorcière. Elle n'était ni surprise ni intimidée. La meute entière était présente pour nous encourager. Le duel avait lieu sur le sommet rocheux de la montagne, au-dessus du village de Loudenvielle.

̶    Attention ! Angie, tu ne te serviras pas de ta sorcellerie ! La mit en garde le Roi Richard. Vos forces seront vos uniques armes. Que le combat commence !

Angie et moi paradions, mes poings levés protégeaient mon visage. Elle avait un sourire féroce, sa longue chevelure d'ébène flottait au vent. Grâce à ma vitesse incroyable, j'attrapai ma rivale par les oreilles, lui donnai un violent coup de tête, la rejetai brutalement en arrière. La sorcière se rattrapa en roulant sur elle-même, se réceptionna à quatre pattes. Une trace rouge marquait son front. Elle secoua la tête, sans doute pour annuler l'effet de vertiges. Angie se releva, s'approcha rapidement de moi. Je lui donnais quelques violents coups de pieds dans les jambes, auxquels elle répondait. On aurait pu croire que nous échangions de gracieux pas de danse.

Je joignis mes mains, portai un violent coup dans le beau visage de ma rivale. Elle vola dans les airs sur plusieurs mètres, atterrit lourdement sur le dos. Son souffle se coupa dans un « han » inaudible à l'oreille humaine. Angie croisa ses bras au-dessus de son visage. Ses mains tenaient ses omoplates endolories. Ses genoux fléchis se balançaient mollement.
Je la regardais de haut, ravie de la voir souffrir. Agacée par ses gémissements plaintifs, je l'attrapai par les cheveux, la remit sur ses pieds. Angie pestiférait en s'agrippant à mes mains. Elle bondit, enlaça mon ventre de ses jambes, à la manière d'un bébé singe. Nos corps imbriqués roulèrent sur le sol. Angie se releva sur ses genoux, entre mes cuisses. Elle me porta plusieurs coups de poings à une vitesse terrifiante dans le haut du corps et le visage. Les poings devant mes yeux, je me protégeais tant bien que mal. Sa force la faisait grimacer, l'effort l'essoufflait. Ma respiration était coupée. Des douleurs cuisantes couvraient mon visage. Je lui crachais une dent et un long filet de sang au visage. Son teint mat fût tâché de gouttelettes rouges.

Tournant la tête, mes yeux croisèrent ceux d'Oliver, ses mâchoires étaient crispées. Les poings serrés, il se retenait d'intervenir. La meute, surexcitée par le combat et l'odeur du sang, hurlait nos noms et nous encourageait.

Je rabattis mes jambes devant moi, envoyai un puissant coup de pied dans le visage de ma rivale. La sorcière fut propulsée en arrière. Son nez en sang m'éclaboussa. Je passais une main sur mon visage endoloris. Une profonde entaille barrant ma joue, me fit grimacer d'une douleur piquante. Mes lèvres et mes arcades saignaient. Un œil gonflé gênait ma vision.
Décidée à lui faire payer mes blessures, je lui lançai un redoutable crochet du droit. Elle esquiva. Je la pris dans mes bras, la fit tournoyer dans les airs. La sorcière m'asséna un violent coup de poing dans la poitrine. Mon souffle se coupa, j'hurlais de douleur, je devais avoir quelques côtes cassées. Déséquilibrée, je nous fis chuter sur le sol. Angie restait à quatre pattes, le temps de reprendre son souffle. J'étais moi-même allongée sur le sol, adressant une prière silencieuse au ciel :

« Dieu, ce n'est pas dans mes habitudes de m'adresser à toi et encore moins de réclamer de l'aide. Je te demande seulement de m'accorder la force et le courage nécessaire pour protéger les miens. »

J'ignorais si mon vœu serait exaucé, néanmoins j'ai toujours cru en cette force invisible qui avait donné la vie à notre monde et à chaque être vivant. Le nom qu'on lui donnait m'importait peu. Au plus profond de mon être, j'avais la foi.

La sorcière et moi nous relevâmes simultanément. Elle avait toujours ce sourire diabolique que j'étais bien décidée à effacer. Réunissant toute mon énergie et ma force, je lui assenai un foudroyant coup de poing dans le ventre, l'envoyant valser dans les airs. Angie atterrit lourdement sur le sol rocheux dans un bruit mat, roula sur le flanc en se tordant de douleur. Du sang s'écoulait de ses lèvres. Les égratignures sanguinolentes sur son visage disparurent aussitôt.

Je la relevai en la tirant par les cheveux, la prit dans mes bras, la tête en bas, la propulsai violemment sur le sol. Son crâne heurta la roche, ses cervicales craquèrent sèchement. Angie gémissait de douleur immobile. Je projetai brutalement mon corps sur le sien. La respiration de la sorcière se coupa, elle roula sur elle-même en tenant sa cage thoracique endolorie.
Je me remis péniblement sur mes pieds, essoufflée et épuisée. J'observais Angie du coin de l'œil, la suppliant silencieusement d'abandonner le combat. Oliver et Jacques s'inquiétaient pour nous.

Impatiente, je relevai ma rivale par les cheveux, lui assenai un violent coup de poing dans la trachée. Le souffle d'Angie se coupa. Elle porta ses mains à sa gorge, grimaçait de douleur. Je me ruais dans son ventre, tel un taureau sur son torero. Angie empoigna brusquement mes cheveux d'une main, me força à la regarder en me tordant le cou. Son autre main, se posa sur mon abdomen.

Ses yeux devinrent noirs comme la mort. Mes yeux s'horrifièrent, j'étais pétrifiée. Un feu brûlant consuma mes entrailles de l'intérieur. La douleur était vive, coupante comme le tranchant d'une lame aiguisée. Un hurlement assourdissant franchissait mes lèvres. Oliver s'élança dans ma direction, hurlant mon prénom. Seulement, c'était trop tard. La sorcière me lâcha, je glissais mollement le long de son corps. Une fumée épaisse sortait de mon ventre.

Je m'écroulai dans les bras d'Oliver, mon bien-aimé. Son visage était horrifié, des larmes inondaient ses joues. J'aurais voulu lui dire que je l'aime, mais les sons restaient bloqués dans ma gorge. Ma respiration douloureuse était irrégulière. Mon cœur tambourinant faisait des bruits humides et écœurants. Je ne l'avais jamais entendu aussi distinctement. Un cratère énorme creusait mon abdomen. La douleur était insoutenable.

Richard réunit le pouvoir de la meute pour me soigner. Toutes mes blessures régénérèrent hormis la plus grave. Charles, le médecin du clan était accroupi devant moi. Son expression navrée ne nous donnait aucun espoir de guérison. Un frisson apeuré me traversa. Mon sang se glaça. Je refusais d'abandonner Oliver et la meute.

La voix démoniaque de la sorcière déclara qu'aucun loup garou ne pouvait survivre ou guérir de blessures infligées par sa magie.

Le pouvoir de Richard emplit l'air, mit les trois cents membres de la meute à genoux. Le visage furieux du Roi des loups était pourpre. Ses yeux lançaient des éclairs. Les lèvres retroussées sur ses dents, les sourcils froncés, il  s'apprêtait à forcer Angie à se transformer en louve. Cette violente punition est très douloureuse. Elle aurait été sous le contrôle total de l'Alpha, tel un louveteau nouveau-né. Il était ainsi libre d'éliminer la sorcière pour ses actes.
Angie contra son pouvoir en envoyant une boule de feu dans son cœur. Le Roi mourut sur le coup. Sa dépouille s'enflamma sur la roche. La Reine en larmes s'élança sur la sorcière en poussant un hurlement de guerre. Jacques l'intercepta brusquement sur sa course. Sa violence sanguinaire jusque-là secrètement contenue émanait de son corps. La meute craintive n'osait bouger. Je cachais mon visage contre la poitrine de mon époux. Des larmes de tristesse et de défaite inondaient mes joues. Les yeux fermés, je refusais d'assister à la mise à mort de ma meilleure amie.

Le corps musclé d'Oliver se raidit contre le mien. Ses mâchoires se crispèrent contre ma tempe. Il était le seul à pouvoir vaincre Jacques. Pourtant, cela serait du suicide. Mon époux me demanda pardon pour ne pas avoir écouté mes supplications. J'avais voulu tuer la sorcière de mes propres mains, mon échec coûtait trois vies. Je fis promettre à Oliver de ne pas commettre d'actes irresponsables. Sans me regarder, il acquiesça.

Jacques m'interpela, je tournais instinctivement les yeux vers lui. Il leva la Reine au-dessus de sa tête. Gabrielle hurlait, terrifiée. Mon souffle se coupa. Mon sang se glaça. J'étais pétrifiée. Sans aucune pitié, Jacques la propulsa au sol à une vitesse effroyable. Le crâne de la jeune femme se brisa. Le contenu de sa boîte crânienne se répandit en une grosse flaque rouge vif et visqueuse.

Jacques et Angie sont ainsi devenus le nouveau couple Royal.

Oliver me serra contre son cœur. Même s'il refusait de me les montrer, je sentais l'odeur salée de ses larmes. Ma respiration ralentissait dangereusement. Mon corps tremblait de froid. Je réussis à articuler « Je t'aime » d'une voix faible, proche du chuchotement. Mes yeux embués de larmes se fermèrent. J'expirais mon dernier souffle.

Depuis mon décès, j'ai découverts les plans diaboliques de la sorcière. On a conscience de nombreuses choses depuis l'au-delà. Malheureusement, je ne peux pas intervenir aussi facilement dans le monde des vivants. J'ai bien-sûr pensé à la réincarnation, mais dans ce cas, les souvenirs de ma vie précédente seraient anéantis. J'en ai besoin pour accomplir ma mission de déjouer les plans de cette sorcière. Pour cela j'ai choisi de modifier le destin d'une jeune fille innocente.




Vous avez aimé cette histoire ? Partagez-la !
D'autres histoires que vous pourriez aimer...
Quitter la Lecture Zen Options Lecture audio
a
A



OK
Version mobile
Catégories