Connexion

Nom d'utilisateur

Mot de passe

Elémentaire (1)
Fantastique
Tout Public
Auteur :
Catégorie : Fantastique
4
2
4pts
Lecture Zen
[ Chapitre : 1 - 2 ]
Chapitre premier :


Autrefois, le monde, peuplé de mages aux pouvoirs plus extraordinaires que leur cruauté, courait à la catastrophe. Ces mages, invoquant des flammes, des foudres, des torrents et autres pouvoirs élémentaires dans le but de détruire toute chose se dressant sur leur chemin, tuaient tout guerrier suffisamment fou pour les défier et pillaient toute ville croisant leur route.
Toutefois, Dieu, dans sa divine bonté, offrit à dix valeureux guerriers des pouvoirs tels qu'ils purent, ensemble, défaire ces mages aux desseins démoniaques.

Ainsi, ces 10 guerriers marquèrent l'histoire à tout jamais : Niguel, aux flammes ardentes ; Aradeus, aux vents déferlants ; Mölnir, aux foudres jaillissantes ; Nathariel, aux racines profondes ; Malphodon, aux séismes ravageurs ; Zogra, au typhon violent ; Peragos, au givre éternel ; Drokos, à la nécromancie antique ; Yaltar, maître du temps et Rhidom, maître de l'espace.
Suite à leur défaite, les mages furent tués afin que toute menace fût écartée à jamais. Une longue description des dix avatars légendaires suivaient le récit, mais Adrien, un jeune homme de vingt-trois ans, referma le livre qu'il tenait dans ses mains et le rangea dans l'étagère de la bibliothèque municipale du Havre. Il sortit alors du grand bâtiment et, fermant son manteau, se dirigea vers son appartement, quelques mètres plus loin. La nuit tombait tandis que la pluie vint lui fouetter le visage en ce doux mois de décembre, si bien qu'il fut contraint de mettre sa capuche de fausse fourrure sur sa tête afin de ne pas avoir les cheveux trempés.

Lorsqu'il atteignit le seuil de l'immeuble dans lequel il trouvait domicile, il sortit une petite clé argentée de sa poche et la rentra dans la serrure. Le pêne se décala vers la droite lorsqu'il la tourna dans le trou prévu à cet effet. Ouvrant la porte, il entra dans l'allée et se dirigea vers une porte un peu plus loin. Quelques gouttes coulèrent de son manteau et se répandirent sur le sol dans une petite mélodie régulière. Lorsqu'il s'arrêta devant la porte de son appartement, de son autre clé, il l'ouvrit. Il déposa son manteau sur une patère à sa gauche et traversa rapidement un couloir aux meubles simples afin de se rendre dans sa chambre et, dans un soupir de soulagement, il s'effondra sur son lit, exténué par sa journée. Il ne prit pas le temps de se changer et, comme un bébé, il s'endormit profondément dans ses draps.

Le lendemain, lorsque son réveil indiquant neuf heures du matin sonna, Adrien, jurant dans son oreiller, l'éteignit et se força à se réveiller. Il se dirigea d'un pas traînant dans la salle de bain et entra dans la douche. Il laissa couler l'eau qui, percutant sa peau, lui prodigua un bien inégalable. Lorsque ses yeux se furent habitués à la clarté de la pièce, Adrien jura à nouveau lorsqu'il s'aperçut qu'il avait également oublié de se déshabiller avant de se laver.
Son T-shirt rouge et son jeans trempés, il sortit de la cabine et, oubliant de couper l'eau, inonda presque la pièce avant de stopper ce flot aqueux. Il ôta ses vêtements et les déposa dans un évier incrusté dans une commode, en face d'un miroir et d'une machine à laver. L'esprit encore dans le vague, il finit sa douche et regagna sa chambre où il enfila son sous-vêtement, sa chemise à carreau et son pantalon noir. Il enfila une queue de pie et accrocha une cravate, noire, autour de son col.

- Bon, je crois que je suis prêt, dit-il en se regardant dans le miroir de la pièce composant d'un lit et d'une armoire en bois rongés par le temps.

Il enfila ses chaussures et mangea rapidement un pain au chocolat qu'il acheta dans la boulangerie située au bout de sa rue. Lorsqu'il eut atteint l'institut, il ressentit un léger picotement à la gorge, sans doute était-ce dû à l'excitation et à l'angoisse mélangées. Il passa les portes coulissantes du vieux bâtiment et salua la stagiaire travaillant à l'entrée. Il ne s'arrêta pas pour autant et, regardant sa montre, pénétra dans un couloir jusqu'à atteindre un panneau d'affichage en liège sur lequel une feuille y était punaisée.
Parmi la liste de noms y figurant, il trouva le sien et regarda le numéro de la salle inscrit à côté : deuxième étage, salle C. Il monta alors les escaliers à sa droite et atteignit sa salle dans un temps record. Il patienta alors dans un couloir étroit dans lequel Adrien doutait largement de la capacité à circuler dans les deux sens. Deux petites minutes s'écoulèrent avant qu'une femme n'en sortît, appelant son nom.

- C'est moi, dit-il en s'approchant.
- C'est votre tour, lui dit-elle en l'invitant, d'un geste de la main, à entrer.

Lorsqu’Adrien entra dans la petite salle rectangulaire, il sentit son rythme cardiaque accélérer. Trois mètres devant lui se trouvaient trois juges, deux hommes et une femme, chacun assis devant une table sur laquelle étaient posés trois blocs-notes.

- Monsieur Raillac, dit l'homme assis le plus à gauche, veuillez confirmer votre identité.

Le jeune homme obéit et, fermant les yeux, libéra l'énergie sommeillant en lui. Un froid glacial s'empara alors de la pièce, mais aucun des trois juges ne sembla s'en préoccuper.

- Parfait, dit la femme assise au milieu. Nous pouvons donc commencer. Tout d'abord, en tant que potentiel avatar de glace, vous devez créer un environnement adéquat.

Adrien sourit légèrement devant la facilité de cet exercice. Il ferma à nouveau les yeux et fit le vide dans ses esprits. Prenant une longue inspiration, il ferma les poings et, lorsqu'il rouvrit les yeux, il sentit une faible parcelle de son énergie se vaporiser dans l'air, provoquant une baisse brutale de la température.

-Vous avez fait tomber la température à deux-cent trente-trois degrés Kelvin. C'est passable, remarqua le juge de droite. Bien, je vous demanderai maintenant de créer une stalactite juste devant moi...

Le juge tendit alors la main devant lui et l'ouvrit comme s'il cherchait à attraper un verre d'eau invisible.

- … de sorte qu'il passe dans l'espace entre ma main, ajouta-t-il avec un léger sourire.

Adrien masqua sa surprise. La tâche à accomplir était complexe, mais loin d'être insurmontable. Il ferma les yeux et, se représentant la scène dans son esprit – le juge de droite, la main en avant – pensa à la forme qu'il souhaitait créer. Il vit le cône passer juste entre les doigts du juge et, satisfait, il laissa son énergie se dissiper. Un cône de glace sortit alors du sol pour se placer devant l'homme, debout, qui fut immédiatement impressionné.


- Mes félicitations, jeune homme, vous avez réussi avec brio l'épreuve de maîtrise élémentaire.

La femme et le juge de gauche se levèrent à leurs tours et se dirigèrent vers une porte à l'arrière de la salle. Adrien les suivit, plus serein qu'à son arrivée. Lorsqu'il franchit la porte, une vague glaciale lui chatouilla la peau. Il profita de cette douce sensation jusqu'à ce que le deuxième juge masculin lui indiquât de s'arrêter.

- Vous maîtrisez votre élément, entama-t-il, mais qu'en est-il de votre puissance ? Afin de vous évaluer, je vous demanderai de suivre les instructions affichées sur le mur derrière moi.

Adrien leva alors les yeux mais ne vit rien. Ce fut alors que, dans un léger tremblement, des cristaux se formèrent sur le mur blanc de la salle. Ces cristaux d'un bleu étincelant, alignés, formaient des mots que le jeune homme lut sans aucun souci. « Invoquez votre bête élémentaire ». Adrien esquissa un léger sourire et, se concentrant, libéra son énergie. Le sol gelé se fissura légèrement et de la poussière glaciaire s'échappa de la faille. Les milliers de fragments de glace se rejoignirent et, dans une symphonie hivernale, un loup, aussi blanc que de la neige, aux yeux d'un bleu écarlate apparut sur le sol et montra des crocs aiguisés. Adrien rouvrit les yeux et donna une légère caresse à son animal avant de lire les nouvelles instructions apparues sur le même mur que précédemment. « Faites fusionner vos esprits ».
Adrien tendit alors sa main vers le loup qui, comme si cela lui était naturel, lui donna la patte. Lorsque leurs membres entrèrent en contact, un frisson glacé traversa l'échine du jeune homme tandis que, se concentrant, il laissa son esprit se glisser dans celui de sa bête élémentaire. Lorsque la fusion fut effectuée, Adrien put alors voir et sentir ce que voyait et sentait son loup. Leurs esprits, en parfaite symbiose, étaient plus qu'habitués à cette pratique. Le juge, satisfait, jeta un regard plein d'espoir au candidat se tenant quelques mètres devant lui et, en une petite seconde, il invoqua un tigre de glace dont deux canines dépassaient largement de sa mâchoire.

- Vous êtes prometteur, articula-t-il. Voyons-donc ce que vous valez en combat.

Comme pour illustrer ses paroles, une longue lame de glace apparut entre ses mains. Adrien ne se laissa pourtant pas intimider ; il savait que ses inspecteurs avaient pour obligation de retenir leurs coups. Et, si par un quelconque malheur, l'un des deux guerriers venait à être blessé, le second inspecteur panserait la moindre de ses blessures.
Sans la moindre hésitation, Adrien fit apparaître sa lame, forgée dans un cristal d'une pureté indéniable et, sans attendre davantage, il chargea, avec son loup, son examinateur. Ce dernier sourit et, lorsque son adversaire fut à portée de lame, il entama un rapide estoc qui traversa la chair du jeune homme. Cependant, aucune goutte de sang ne perla de la blessure. Pire encore, lorsqu'il tenta d'ôter sa lame de glace, l'examinateur en fut incapable. Ce ne fut que quelques secondes plus tard qu'il s'aperçut que le corps qu'il venait de transpercer n'était fait que de cristal. L'instant suivant, Adrien se matérialisa dans le dos de son adversaire et plaqua sa lame contre sa gorge. Voyant son maître en danger, le tigre bondit sur le jeune homme. Adrien vit la bête se rapprocher dangereusement de lui, mais, amusé, il regarda son loup et en prit le contrôle. Dans un hurlement féroce, il fendit l'air et, de tout son élan, percuta l'animal sauvage qui chuta lourdement sur le sol.
La bête élémentaire du jeune homme planta alors ses crocs dans la gorge du tigre à terre qui, dans une explosion de fragments de glace, disparut.

- Félicitation, jeune-homme, vous avez gagné, dit l'inspecteur. Pourriez-vous me lâcher, je vous prie ?

Adrien obéit et se replaça à sa position d'origine.

- Il ne vous reste plus qu'une seule épreuve à passer, déclara la femme. D'ailleurs, vous n'aurez plus besoin de votre loup.

En une fraction de seconde, Adrien observa son loup droit dans les yeux et coupa leur fusion. Aussitôt après, le loup se dématérialisa en une poudreuse qui vint s'enrouler autour d'Adrien avant de disparaître totalement.

- En position de duel, lui intima l'examinatrice. Je pense que vous avez compris ce qui va suivre. Nous commencerons à la fin du compte à rebours.

Adrien écarte les jambes afin d'augmenter son adhérence au sol. Il ferma les yeux et regroupa toute son énergie dans ses mains qui, refroidissant davantage la pièce, se recouvrirent d'une douce aura bleue.
Regardant son adversaire, le jeune homme constata que le même phénomène se produisit autour des paumes de la femme.
« Un ».
Adrien ferma les yeux, visualisant l'attaque qu'il comptait utiliser.
« Deux ».
Le jeune homme inspira lentement puis expira. Il sentit son énergie prête à quitter ses paumes.
« Trois ».
Aussitôt, des deux côtés, une violente tempête de neige balaya la salle. Adrien sentit aussitôt un froid plus intense et, par conséquent, plus désagréable que ce qu'il avait pu ressentir plus tôt. Il put imaginer que son adversaire devait ressentir la même chose. Soudain, sans crier gare, la femme sauta en l'air et, libérant une grande partie de son énergie, invoqua une énorme boule de glace qu'elle lança sur le jeune homme. Ce dernier invoqua une barrière de glace qui se fracassa en même temps que le projectile. Toutefois, lorsqu'il regarda de nouveau dans les airs, l'examinatrice avait disparu. Adrien la chercha dans la salle jusqu'à ce que, sentant une faible énergie dans son dos, il se volatilisât, transformé en poudreuse, et il se matérialisa dans le dos de la femme préparant un sort puissant. Elle se retourna et, dans un grand sourire de triomphe, lança son sortilège. Ce fut alors que plusieurs stalactites émergèrent du sol pour l'enfermer dans une prison de glace.

Toutefois, Adrien connaissait ce sortilège et se métamorphosa à nouveau en poudreuse afin de passer à travers les pics de glace. La femme ne sembla pas avoir perçu ce qu'il venait de faire et, sans émettre le moindre son, il prépara son attaque élémentaire : le plus puissant sortilège de son arsenal. Lorsqu'il sentit qu'il avait emmagasiné suffisamment d'énergie, Adrien poussa un cri tout en tendant les bras devant lui. Aussitôt, un gigantesque rayon bleuté s'échappa de ses mains et se dirigea droit vers la femme, surprise. Elle ne put qu'invoquer un bouclier de glace mais, face à la puissance de l'offensive adversaire, la barrière céda.
Une explosion lumineuse balaya la pièce tandis que le rayon percuta le corps de l'examinatrice. Lorsqu'il arrêta son attaque, l'examinatrice avait gelé et le deuxième inspecteur, immédiatement après, vint à son secours. Lorsqu'elle fut libérée de son état de congélation, elle sourit à Adrien en lui serrant la main.

- Très impressionnant, la plupart des autres candidats ne vous arrivent pas à la cheville. Normalement, nous ne dévoilons pas les résultats aussitôt, mais vous devez vous douter, je vous déclare dès à présent avatar de glace.




Vous avez aimé cette histoire ? Partagez-la !
D'autres histoires que vous pourriez aimer...
Quitter la Lecture Zen Options Lecture audio
a
A



OK
Version mobile
Catégories