Connexion

Nom d'utilisateur

Mot de passe

Isabelle (1)
Poésie
Tout Public
Auteur :
Catégorie : Poésie
3
2
3pts
Lecture Zen
Tu m'avais vu entrer, un soir d'été,

Telle une pauvre épave, le visage fermé.

C'était une nuit où le temps est à l'orage,

Et tu voulais savoir pourquoi j'étais en rage.




J'avais fini par te parler de mes tempêtes,

De ces images qui m'embrumaient la tête.

Peu à peu tu réussissais à m'apprivoiser,

Et lentement je parvenais à me confier.




Avions nous vécu des épreuves identiques,

Ou te trouvais je plutôt sympathique ?

Pour exprimer un réel besoin de tendresse,

Et me laisser aller à de douces caresses.

Oubliant toute prudence, toute méfiance,

Sombrant peu à peu dans l'insouciance.




Serais tu comme la mer, où l'on trace son sillage ?

Qui, dans la houle de l'oubli, loin des rivages,

Englouti les épaves dans ses abysses,

Et ensuite redevient lentement toute lisse.




Serais tu comme le vent qui hurle sur les plages

En projetant les embruns sur les visages ?

Avant d'apporter un peu de douceur

Telle une légère brise de chaleur.




Je voudrais que tu gardes une autre image,

De ces quelques éphémères passages.

Mais toi, quel souvenir tu garderas,

De mon triste désarroi, Belle Isa.





PM




Vous avez aimé cette histoire ? Partagez-la !
Quitter la Lecture Zen Options Lecture audio
a
A



OK
Version mobile
Catégories