Connexion

Nom d'utilisateur

Mot de passe

La meute (14)
Fantastique
+16
Auteur :
Catégorie : Fantastique
1
1
1pt
Lecture Zen
[ Chapitre : 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8 - 9 - 10 - 11 - 12 - 13 - 14 - 15 ]
Bonjour, voici une partie "bonus" des chapitres précédents. Elle se déroule peu de temps après, même si ça n'a pas de réelle importance.J'avais envie de m'essayer à une histoire d'amour (bien que loin d'un récit romantique).
Voilà voilà :)
Bonne lecture !




Chapitre I : Envoûté 




 Aujourd'hui nous allons en ville. Nous profitons enfin du soleil d'été en cette fin Juillet ! Je suis entouré de mes plus proches amis, de mes frères de sang. Devenir une créature taillée pour la chasse, équipée pour tuée et redoutée dans l'univers surnaturel n'influence en rien le regard que les humains ont sur vous malheureusement… Sous notre forme humaine nous passons presque inaperçus parmi tous les touristes. Mais ça nous a changé à l'intérieur. Ça nous a donné confiance en nous, un sentiment d'appartenance à un groupe. On rigole beaucoup entre nous, certains proposant l'idée de tous se transformer au milieu de la galerie commerciale et de voir la réaction de la foule, d'autres attirés par les marchands de bonbons à cause de leur flair, etc. Au bout d'une heure nous nous séparons. Certains vont rentrer chez eux et d'autres continuer de se balader en ville. Max, Jaden et moi allons rejoindre d'autres amis du lycée. Ce sont des humains et ils ne sont au courant de rien. C'est pour cela qu'on ne pouvait pas les rejoindre quand on était avec le reste de la meute.


Ça y est ils sont là ! Ils nous font signe de loin. Ils sont quatre : deux garçons et deux filles. Je connais les trois premiers mais pas la dernière, c'est une amie de Jaden il me semble. Notre vue est plus précise que celle des humains et à cette distance je peux déjà voir les détails de son visage. Je n'arrive pas à en détacher mon regard : des traits fins, de longs cheveux légèrement ondulés avec des teintes rousses flamboyantes, un sourire qui tend à être communicatif même à cette distance, un regard profond et pétillant et quelques tâches de rousseur sur le visage qui lui donne un air adorable. Le reste de son corps est à l'image de son visage, élancé, élégant, des mains délicates et des courbes en harmonie avec son corps. Jaden me donne un petit coup de coude :


— Alors ? On dirait que le loup a faim ! dit-il.
— Et il a trouvé une belle proie ! rajoute Max.
— Elle s'appelle Claire, reprend Jaden. Je la connais depuis quelques années et t'as de la chance, il me semble qu'elle est célibataire…


Une fois qu'ils sont à notre niveau, les salutations et présentations s'imposent. Claire ne connaissant ni Max ni moi, elle vient nous faire la bise. Lorsqu'elle est tout proche de moi, son odeur emplit l'air de mes poumons. Ça y est, je suis accroc... On m'en avait parlé mais je ne l'avais pas cru... Thomas, en couple avec Émilie, et Max, en couple avec Natacha, m'ont dit que leur odorat avait eu des réactions différentes en présence de certaines filles. C'est comme si ce sens aussi entrait en compte dans l'attirance, au même titre que le physique d'une personne, le son de sa voix, etc... Il va falloir que je fasse gaffe ! Je suis en société avec des humains ! Je peux pas laisser mes instincts prendre le dessus et me laisser enivrer par son odeur...


Heureusement ma rêverie n'a durée que quelques secondes et est passée inaperçue... pour les humain... Enfin bon, on va s'installer à la table d'un café du centre ville pour discuter et passer l'après midi.


Il commence à se faire tard et les deux heures passées tous ensemble ont été un vrai délice ! De nombreux fou rires, des sujets intéressants et... Claire... C'est fou comme sa seule présence me fait me sentir bien ! Je la connais depuis quelques heures mais je me sens déjà bien en sa présence. Il est l'heure de rentrer et je marche avec Max jusqu'à chez moi.


— Elle t'as envoûté ma parole ! me dit-il. Faudra qu'elle me donne son secret pour capter aussi bien ton attention !
— Tu as senti son odeur ?
— Oui. Enfin, pas plus que celle des autres quoi. Mais si c'est ça qui t'as fasciné tu sais ce que ça veut dire non ?
— Oui enfin je la connais à peine et je suis sur qu'elle ne m'a pas accordé plus d'attention qu'aux autres...


J'essaye de minimiser parce que je commence à être gêné. J'ai beau être un Alpha, j'en reste pas moins un adolescent ! Je ne suis pas trop à l'aise quand on se mêle de mes sentiments. Et même si je sais que Max n'est pas dupe, c'est une façon subtile de le lui faire comprendre.




Chapitre II : Hésitation 




"Salut !"


 C'est le message que je viens de recevoir sur mon téléphone portable. C'est Claire. J'ai enregistré son numéro quand Jaden me l'a donné mais je n'avais pas encore osé lui parler. Ça fait quelques jours maintenant depuis la sortie en ville et je suis étonné qu'elle ai récupéré mon numéro pour me contacter ! Au passage je me demande a qui elle l'a demandé... Passons... Je réponds rapidement et nous profitons du cadre plus privé de cette conversation pour mieux faire connaissance. Elle est très sympathique et nous avons de beaucoup en commun. Elle a l'air de m'apprécier aussi parce qu'elle n'hésite pas à enchérir gentiment aux petits compliments que je lui fais de temps à autre. Le courant passe bien et elle me propose de nous revoir dans les jours qui suivent. Les quelques sous entendus qu'elle a fait suggèrent que j'ai mes chances à condition que je me décide rapidement et qu'il se pourrait bien qu'il se passe quelque chose lorsque nous nous verrons... Je réalise soudain que ma nature de Loup-garou et mon titre d'Alpha risquent de poser quelques problèmes dans ce genre de relation... J'ai besoin de conseils ! Je demande d'abord à Thomas et Émilie comment fonctionne leur couple depuis qu'elle a découvert qu'il était un Loup-garou.


— Tu sais Alex, au début c'était pas évident, me dit Émilie. J'ai fait quelques cauchemars au début où je me réveillait à ses côtés mais sous sa forme animale et où il tentait de me dévorer... Mais je m'y suis plutôt bien habitué par la suite. C'est comme tout, y a que l'inconnu qui fait peur. Une fois que j'ai compris comment il fonctionne je n'avais plus peur.
— Mais c'est peut être parce que ça faisait quelques mois qu'on était ensemble que ça s'est "bien" passé... ajoute Thomas. Je sais pas si vous allez vous mettre ensemble de suite mais si j'étais toi je prendrais mon temps avant de le lui dire. La laisser dans le secret n'est pas une bonne idée mais lui dire de suite n'en est pas une non plus... Tu es bien placé pour le savoir... La seule chose que je peux te conseiller c'est de la mettre en confiance, qu'elle sache vraiment quel type de gars tu es et qu'elle se sente en sécurité avec toi.
— Et puis après c'est pas si mal d'avoir une grosse peluche personnelle ! dit Émilie en se lovant contre son copain.
— Merci de vos conseils vous deux. Je vais vous laisser, j'ai aussi demander à Cassandra si je pouvais aller la voir.


Une fois arrivé chez elle, je lui expose le problème et les réponses qu'ont déjà proposé Thomas et Émilie. Elle réfléchit un moment et me dit :


— Si tu veux être avec elle il va falloir que tu fasse attention. Je te rappelle que tu as des responsabilités en tant qu'Alpha. En plus la prochaine pleine lune c'est dans trois semaines donc t'as pas intérêt à ce qu'elle soit dans les parages...
— Et selon toi je devrais lui dire ce que je suis ?
— Aussi tard que possible selon moi. Mais si tu te retrouves avec elle dans une situation de crise, essaye d'anticiper et préviens là rapidement. Dans tous les cas, il faut essayer d'éviter une situation comme celle de Thomas... Les surprises de ce genre je suis pas sur que ça plaise...
— Oui je ferais gaffe à ça.


J'ai décidé que d'accepter sa proposition pour aller en ville. Je me dis que je ne vais pas faire le premier pas, histoire de me donner bonne conscience parce que je sais que c'est elle qui va le faire. Lui dire que je veux bien la rejoindre en tête à tête sonne déjà comme un feu vert de ma part… J'espère juste pouvoir contrôler mes pulsions et mes transformations si nous sortons vraiment ensemble ! D'ailleurs il est un peu tard pour réfléchir maintenant que je suis en ville… Je sais qu'elle arrive elle aussi. Je sais reconnaître son odeur, légèrement portée par le vent. Elle doit être en face de moi, à une cinquantaine de mètres. Je décide d'aller à sa rencontre en me fiant à mon odorat. Je suis absorbé par cette tâche et nous nous rentrons presque dedans après avoir contourné un groupe de touriste. Elle s'excuse rapidement et a l'air gênée.


— Désolé je ne t'avais pas vu arriver…
— C'est pas grave t'en fais pas pour ça j'suis assez costaud pour encaisser ! lui répondis-je pour la détendre.


Nous marchons alors côte à côte en descendant l'avenue marchande. On en est pas encore à se tenir la main mais la tension est palpable ! Ce n'est pas l'envie qui nous manque mais on n'ose pas encore. La peur de briser ce moment si délicieux… Alors on discute de tout et de rien en marchant tranquillement. Arrivé au bout de l'allée marchande nous nous retrouvons dans un grand parc, une petite forêt dans la ville. Je propose qu'on s'assoie dans l'herbe pour se reposer. Elle accepte volontiers et à peine nous somme au sol, elle se lance : elle approche son visage, les yeux entrouverts, et m'embrasse dans un mélange de délicatesse et de timidité. Elle cesse le contact mais nos lèvres ne sont écartées que de quelques centimètres… Nous échangeons un regard complice et nous nous embrassons à nouveau, mais cette fois avec plus de fougue ! Ma main vient caresser sa nuque alors qu'elle me déséquilibre lentement pour que je me retrouve allongé sur le dos. Elle est à moitié allongé sur mon torse, à cheval sur moi, et elle pose sa tête contre mon coeur. Je n'ai pas besoin de me pencher sur elle pour savoir que son coeur bat aussi vite que le mien ! Un coeur qui bat vite nous rappelle notre faim de sang humain. Cette faim là j'ai depuis longtemps appris à la maîtriser. Ce n'est pas le cas du véritable « Appel du Sang » malheureusement… Rien qu'à y penser j'ai un frisson à la fois d'envie et de crainte… Claire doit s'en rendre compte car elle me regarde dans les yeux et me demande :


— Ça va ? Je t'ai senti frissonner…
— Oui ça va, la rassurais-je. J'apprécie juste le moment avec toi.


Je finis ma phrase en l'embrassant à nouveau. Nous restons allongé dans les bras l'un de l'autre encore quelques dizaines de minutes avant de nous lever pour rentrer. Elle commençait à avoir froid et je ne voudrais pas qu'elle remarque plus que nécessaire à quel point mon corps est chaud en comparaison du sien. Pour le moment elle a prit ça à la rigolade et je réchauffe ses mains avec les miennes. Si la situation ne dure pas, ça ne devrait pas poser problème… Je la raccompagne chez elle et constate qu'elle aussi habite en bordure du bois du Chêne Blanc ! Pratique si je dois arriver ou partir rapidement, je pourrais faire une partie des déplacements sous ma forme animale. C'est ce que je fais d'ailleurs dès aujourd'hui, prétextant que le chemin vers chez moi est plus court en passant par les bois. J'espère seulement que je ne la croiserait pas en forêt et qu'elle n'est pas trop fan de randonnées… 




Vous avez aimé cette histoire ? Partagez-la !
Quitter la Lecture Zen Options Lecture audio
a
A



OK
Version mobile
Catégories