Connexion

Nom d'utilisateur

Mot de passe

Tes bras (1)
Poésie
Tout Public
Auteur :
Catégorie : Poésie
1
1
1pt
Lecture Zen
Je ne vais pas y passer la nuit. Juste quelques minutes me suffiraient. Comme un instant volé. Après on ne sait pas.
Il y a des femmes comme d'une drogue : plus on en a, plus il en faut. Surtout quand elles ont un parfum, une chaleur, une présence ou une voix d'assassin. Et puis il y ces regards, ces gestes, ces sourires, une touche indicible, indescriptible, au-delà de toute raison. Ça n'a rien à voir avec l'esprit, avec le cœur ou les sentiments. C'est aussi bête et mécanique que l'aiguille métallique que le pôle attire et affole.




Vous avez aimé cette histoire ? Partagez-la !
Quitter la Lecture Zen Options Lecture audio
a
A



OK
Version mobile
Catégories