Connexion

Nom d'utilisateur

Mot de passe

Vie virtuelle (1)
Aventure / Action
Tout Public
Correcteur : Validation collective
Traduire cette histoire
Auteur :
Catégorie : Aventure / Action
1
1
1pt
Lecture Zen
Une lueur térébrante pourfendait l'air et lui brisa ce qui restait du peu de sommeil qu'elle avait encore dans les yeux!

Elle étouffa un juron, souleva sa couverture jusqu'au niveau de ses yeux, les referma espérant replonger dans ce doux rêve qui venait de se briser par cette apparition impromptue du soleil. Elle n'en n'avait plus qu'un vague souvenir mais il y avait tout de même quelques scènes abstraites qui lui revenaient lorsqu'elle tentait de se concentrer: le vent, l'air frais, les herbes, le pique-nique et cette silhouette. Elle stoppa net!

Elle venait en effet de se rendre compte que cette silhouette n'avait pas de visage. Intriguant certes! Mais il y'avait pas non plus de quoi s'alarmer après tout se dit elle : tu rêves d'un inconnu pour qu'elle raison aurait-il un visage? <<en fait ça serait troublant s'il en avait un de visage! ça voudrait dire ma chère que tu as un amoureux; or il est de notoriété publique que ton cœur est un caillou!

<< pff elles ne comprennent rien de toutes les façons ! murmura-t-elle. >>
Elle se retourna sur son lit pour se mettre dos contre celui-ci! Baissa son drap au niveau des épaules, fixa le plafond puis poussa un soupir et enfin, machinalement, replongea dans ses pensées.
<< Pour qu'elle raison devrais-je vivre selon ce qu'on pense de moi? >>.
Sony chercha un moyen de se détourner de cette pensée qui la rongeait, mais rien n'y faisait. Cette image d'elle acculée, acculée sans cesse lui revenait encore et encore. Sa famille, ses frères et ses sœurs la jugeait. A cela s'ajoutait ses amies, Claire et Dan, Qui voulaient qu'elle se conforme aux conventions sociales: les fêtes, le copain, le sexe. Les voisins, tout le monde semblait la regarder d'un air étrange, attendre d'elle quelque chose. Et une journée, une autre venait de pointer le bout de son nez. Une journée ou elle croiserait encore le fer avec les autres. Mais pourquoi? se demandait-elle.

Souvent, elle avait l'impression de se trouver en pleine nuit au bord d'un immense abîme et de crier mais personne ne lui répondait. L'écho de sa voix revenait à elle et la retrouvait seule, encore et toujours seule dans cette obscurité. Elle s'était dit depuis quelque temps qu'elle longerait les bords de l'abîme peut-être que sur sa route, elle trouverait quelqu'un qui comme elle se serait perdue de ce côté du fossé et peut-être se sentirait-elle moins seule. Au moins elle avait trouvé refuge dans ses bouquins. La lecture la passionnait et l'emportait loin de cet enfer.

Son regard dirigé vers le haut, s'affairait à dessiner mentalement les contours carrés des contre-plaqués du plafond. Ceux-ci étaient blancs! Le blanc de trop se dit elle! Les Murs en étaient déjà peints. Elle ne comprenait pas pourquoi deux ans plus tôt, alors qu'elle était allé trois semaines chez sa grand sœur Larissa pour l'aider après l'accouchement, des travaux d'envergures avait été entrepris dans la maison: mais seul le plafond de sa chambre avait été peint de cette couleur Qu'elle trouvait impersonnelle. Peut-être ses parents avaient-il tiré à la courte paille s'interrogea-t-elle. La chambre de Romy et Cédric ses frères cadets, la chambre d'Irène sa sœur, celle des parents, le salon, la cuisine et la salle à manger en avaient été exempt. Elle avait eu beau questionner sa mère, celle-ci ne lui donna jamais de réponse satisfaisante.
Elle entendit des pas devant la porte sa chambre en direction de la cuisine qui était juste à côté. La maison commençait à s'animer. Ce devait être sa mère qui voulait préparer le déjeuner! Il lui vint subitement à l'esprit ce qu'avait dit son père hier: « Demain j'ai un service très top »

Ah jeudi! 4h de droit constitutionnel, deux longues heures de pause, ensuite 3h de droit public; Danièle a promis de passer me chercher mais si elle est avec son Julien aux mains baladeuses, la route pour le campus risque d'être longue.

Elle songea à lui dire qu'il évite à l'avenir de poser ses mains sur elle. Mais après réflexion, elle se dit qu'il valait mieux le dire à son amie.
Un bruit sourd l'extirpa de sa rêverie! Elle regarda en direction de la table de chevet à droite de son lit. Le bruit insistant était celui de son téléphone portable qui vibrait. Ce dernier était empilé sous ses manuels académiques. Un téléphone qu'elle n'avait pas du tout désiré. Ce sont ses amies qui lui avait mis une énorme pression pour qu'elle s'en offrit un; face à son refus, elles s'étaient cotisées et lui avaient fait une surprise le jour de son anniversaire; un Sony xperia Z4: << le must du moment >> comme le répétait sans cesse Claire. Cette dernière avait fait les présentations comme un agent commercial:
<< Sony xperia Z4, version android 5.1, écran 17x8cm; 32 Gb de stockage interne, camera 16mp pour prendre des photos hyper nettes et pour finir cette couleur bleu qui va si bien avec le noir de profond de tes yeux.>> Elle avait ensuite rajoutée d'une manière dédaigneuse : <<tu pourras enfin jeter cette vielle coquille que tu traînes depuis trois ans et que tu appelles téléphone >>.

Sony se surpris à rêvasser alors que le téléphone continuait de sonner. Au moment même, la sonnerie s'interrompait. Elle tendit la main dans cette Amat de revues et documents juridiques et en ressortit son téléphone; En quelques secondes elle scruta l'objet:

C'était un appareil de 6 cm de largeur et 15 cm de longueur a vu de nez et d'environ 0.5 cm d'épaisseur! La face principale était composé d'un écran de verre qui la recouvrait à quasiment.si ce n'est quelque bordure d'1 centimètre au-dessus et en dessous de l'écran. Aucune touche, bouton ne se détachait de cette face de l'objet car toutes les opérations se faisaient au contact de cet écran. Il était tactile. << La merveille de la technologie >> se dit elle!

Sur les bords à droite, il y avait trois boutons disposés verticalement l'un au-dessus de l'autre. L'un pour allumer ou éteindre le l'appareil, un autre pour augmenter le volume et l'autre pour le baisser. Sur la face arrière, était apposée une plaque métallique [CAMERA]...
En plus de quoi, elle lui trouva une certaine sophistication et bien plus un certain style. Le design était tout simplement parfait. Les courbes et les contours finement arrondis.

Elle fut de nouveau interrompue par le téléphone qui se reprit à vibrer mais cette fois, dans sa main. le nom qui s'affichait à l'écran était celui de Danièle. Elle posa un doigt sur l'écran et d'un subtile pichenette, activa l'appel; mit le téléphone à l'oreille et grommela un Allo!

-Oui Allo! Grosse paresseuse tu voulais filtrer mon appel? Lui rétorqua la voix à l'autre bout du fil. elle la remit directement c'était bien Dan.
La voix de Danièle résonna dans ses oreilles. C'était décidément trop tôt pour recevoir un appel fusse-t-il d'une amie! Mais que faire? Sinon faire semblant d'être enchantée! [C'est de convenance];
- La vérité? Je viens de me réveiller: Ajouta Sony
- Bref banalités pour banalités, bonjour, La rococo de Claire m'a envoyé un message Hier qui change un peu notre programme. déclara Danièle.
- que disait ce message?
Sony écouta Dan qui changeait son programme de la journée selon les fantaisies de Claire. Cette dernière avais passé la nuit chez son copain et il était question désormais que Dan et elle aille la chercher en allant au campus. Elle voulut lui dire que c'était excessif de changer de programme et d'itinéraire pour aller chercher l'amie frivole mais s'abstint. Dan termina en disant:
-On s'y retrouve donc! Okay!

Sony marqua une pause. Elle détestait ce terme: Okay! Elle fit une moue et relança:
-Tu es consciente que je ne connais pas la maison de son mec?
-Je sais ma chérie. Claire t'a envoyé un message de localisation sur NT. okay?
De la dernière phrase de Dan, Sony ne retint que <<NT>>. L'abréviation du réseau social Notify. une pensée lui vint : "peut-être qu'elles ont changé l'itinéraire juste pour me faire me connecter sur ce NT?>>
Elle chassa cette pensée!
- Bien j'ai compris; je vais regarder.
L'échange se terminait sur cet acoquinement. Sony raccrocha et s'assit sur son lit.

Le téléphone dans sa main vibrait de nouveau. Lorsqu'elle regardait l'écran, l'icône des messages affichait en dessus << 5 >>!
Elle l'ouvrit. Une liste de message s'affichait, et les 5 derniers n'étaient pas encore ouverts.

*Un message de l'opérateur : 06h-18;
*Un message de Claire:06h-01;
*Un message de Patrick : 05h-19
*Un message d'un inconnu: hier 21h43;
*Un message de l'opérateur: hier 19h35;

Elle s'engagea dans cette entreprise qu'elle trouvait particulièrement ennuyeuse qu'est la lecture des messages téléphonique. Féru de littérature, Elle aimait les mots, d'un amour sincère mais elle détestait les abréviations, acronymes et néologisme divers que l'on retrouvait couramment dans les sms.
Elle parcouru rapidement les différents messages.

*Le message de l'opérateur lui proposait un nouveau forfait d'appel
#-----------------------------contenu-----------------------------------
Le message de Claire lui demandait de se connecter
#--------Contenu--------------------------------------------------------
Le message de Patrick lui souhaitait une bonne nuit.
#------------------------------------------------------------------------;

À la lecture de celui-ci, elle prit un air dépitée. Patrick était un jeune homme qui lui faisait la cour depuis quelques mois. Bien qu'elle lui ait déjà fait comprendre qu'elle n'était intéressée, il ne faisait que revenir à la charge.

Elle reprit contenance et poursuivit sa lecture; le message suivant était celui d'un numéro inconnu et le dernier était celui de l'opérateur.
Elle reconnut le numéro inconnu. En effet, c'était une fois de plus qu'elle recevait un message de ce numéro. D'abord elle trouva ça intriguant. Mais après elle se dit que c'était pitoyable. << Se cacher ainsi derrière un numéro inconnu pour dire ce qu'on n'arriva pas à dire face à face. >>

A tous les coups, elle trouverait qui se cache derrière ce faux numéro si elle prenait quelques heures pour lui répondre, pour échanger quelques banalités avec ce lâche. Dans son style, ses expressions, elle le confronterait. Cependant ce n'était pas sa préoccupation première pour l'instant. Ce qui l'importait c'était de se connecter et trouver la maison du petit-ami de Claire. Elle se décida à prendre un bain d'abord.

Lorsque Sony poussa la porte de la salle de bain, elle était encore énervée à cause du heurt qui venait d'avoir lieu entre sa petite sœur Irène et elle. Alors qu'elle était allée à la boutique du coin pour acheter les [composants] du petit déjeuner familial, la sœur récalcitrante était entré dans sa chambre pour lui emprunter secrètement avait-elle dit une robe! Ne se doutant pas que Sony avait en programme de la porter pour aller en cours le jour même!
Quand Sony avait voulu la réprimander, sa mère Mme Atangana comme elle avait pris coutume de l'appeler s'était ingéré, lui demandant d'excuser sa sœur ! Sony avait ravalé ses réprimandes et s'en était allé préparer son bain. Elle aurait voulu dire à sa mère à qu'elle point ça l'exaspérait de toujours s'ingérer dans cette interminable histoire avec Irène toujours en prenant le partie de cette récidiviste. Mais de peur de paraître insensible et irrespectueuse, elle se vouait encore une fois au mutisme.

La blancheur des carreaux de la salle de bain provoqua en elle à la fois du dégoût et aussi un sentiment de sérénité. A mesure qu'elle fixait les murs, la colère s'en allait! Elle reprenait contenance.
Elle tourna son regard vers le miroir de plus d'un mètre de haut qui trônait dans cette pièce. Elle se rapprocha de l'objet et se concentra sur le reflet qu'il renvoyait. C'était une jeune fille qui lui ressemblait trait pour trait. Mais il manquait quelque chose et elle ne savait pas quoi. Sa serviette de bain était encore autour de la taille. D'un geste vif, elle l'ôta, replongea son regard dans le miroir et se concentra de nouveau: Elle était nue et c'était bien elle devant ce miroir pensa-t-elle.

Elle procéda à un examen minutieux de son corps en tenue d'Eve! À sa vue, un sentiment de déjà vu mêlé à un sentiment de déception et de gêne se refléta sur son visage. Elle esquissa une grimace que lui rendit immédiatement son reflet. Elle continua tant bien que mal de s'observer. Les traits de son corps étaient finement taillés, la silhouette élancée, le teint foncé, la fraîcheur de la peau, le nez finement modelé et les lèvres légèrement chargés.
Ses cheveux tressés de longues mèches noires en rasta descendaient jusqu'au dos en passant ses épaules.
Sony posa un regard sur sa poitrine. A l'inverse de ses lèvres, celle-ci était trop peu chargée. Elle fit un demi-tour sur elle-même pour regarder ses fesses. Il en était de même. Elle fit une moue et pensa à Claire et à Danny. Celles-ci en étaient pourvues.

Elle se dit:
<< Tu es plate Sony: comme ton téléphone tiens. Si un des mecs qui te courent après te déshabille un jour, il appuiera que des os. >>
Surprise de s'entendre penser et dire ses mots, Sony resta d'abord bouche bée. L'idée de se retrouver nue devant une autre personne la fit frémir. Elle n'avait encore jamais fait l'expérience de la nudité devant une autre personne qu'elle-même. Déjà, elle était gênée de se voir nue devant ce grand miroir. Et elle s'était toujours demandé ce que l'on pouvait ressentait quand on se trouvait nue pour la première fois devant un homme. Ressentait-on de la honte? De la peur? De l'excitation? Une indifférence? Et dans quelle condition se retrouverait-elle nue? Obligée? Volontaire? Par magie?
Dans le meilleur des cas où elle tomberait éperdument amoureuse d'un garçon à qui elle voudrait s'abandonner corps et âme, la seule évidence qui lui apparaissait, est qu'elle serait gênée. Mais pour qu'elle raison serait-elle gênée ? Avait-elle honte de son corps ?

Toutes ces questions qui s'amoncelaient dans sa tête ne trouvaient pas de réponses et continuaient à la tourmenter encore et encore!
-Et a la réflexion, se dit-elle, lorsqu'ils choisissent de te déshabiller c'est une autre partie que les fesses et les seins qui les intéressent!
L'écho de sa dernière phrase la surprit une fois de plus. Tout en détournant son regard de l'objet critique elle balbutia à voix à peine audible,
-hum mais tu t'objectives ma belle!
Elle se mit sous la colonne et manœuvra sur la poignée de celle-ci pour faire jaillir l'eau qui la libérerait de ses tourments psychiques.

De retour Dans la chambre, elle s'affairait à essuyer son corps lorsque son téléphone vibra de nouveau. C'était un autre message de de Claire
- Hey t'as vu la position?
Sony continua sa besogne quand soudain un autre sms arriva.
- ????!

Décidément, ça frisait le harcèlement! Elle se résigna à répondre.
- C'est quoi ce harcèlement? D'abord Dan et maintenant toi ?
- T'as vu oui ou non?
Sony voulu d'abord répondre oui pour se débarrasser de ce boulet, mais elle se lit écrire :
- Non et puis ce harcèlement est louche!
Lorsqu'elle valida l'envoi du message, elle s'attendait à ce que le prochain message de son amie lui donne quelques indications sur la raison réelle du changement d'itinéraire. Parce que tout ceci devenait de plus en plus intriguant. La réponse qui suivit ne lui appris rien.
- Louche?
Mais elle ne désespérait pas. Elle relança:
- Pourquoi me mettre une telle pression ? Le rendez-vous est à dans plus d'1h30.
-STP Sherlock viens, on t'attend.
- On ?

Les mots qu'elle venait de lire lui donnait l'impression qu'elle se rapprochait du but! Claire venait de ce trahir. Il y avait bien anguille sous roche. Une multitude de questions arrivèrent en cascade dans sa tête. Qu'il y a t'il? Quelle sale tour voulaient-elles lui jouer? Qui était ce on? Veulent-elles lui présenter quelqu'un? Alors que les questions se multipliaient, elle se rendit compte que plusieurs minutes venaient de s'écouler et Claire n'avait pas répondu. Elle reposa son téléphone et repris de s'essuyer.
Deux minutes après, un autre message arriva.
-Wi.
La réponse était brève. Aucune grosse information à en tirer ne se dit-elle. Ou alors elle voulait jouer! Sony se dit que claire avait dut se rendre compte de son erreur et pensait avoir trouvé une parade. D'un geste nonchalant, elle reprit le téléphone.
- on. ON qui? Et pourquoi tu espaces les réponses?
Cette fois ci la réponse vit rapidement
-Wi mon chou et moi. #Sherlock
-Ouais c'est ça bref je me connecte!

Elle reposa son téléphone. [S'habilla]. Ensuite revint à ce dernier pour accéder à Notify, le réseau social!
Différemment de son ancien téléphone, ce nouveau requiert quelques subtilités pour une utilisation optimale. Là ou précédemment il suffisait simplement d'ouvrir le navigateur internet pour accorder au world wide web, désormais il fallait au préalable activer la connexion de données dans les paramètres du téléphone ou dans la barre de notifications et enfin ouvrir le navigateur web.
Sur l'écran tout en haut, une pichenette consistait à passer son doigt de haut en bas pour faire coulisser la barre de notifications. Apres que celle-ci fut abaissée, elle activa la connexion de données par une pression sur l'icône en question. La barre précédemment abaissée s'éleva automatiquement.

Simultanément, une dizaine de messages arrivèrent, chacun de ses messages étaient spécifiques à une application qu'elle avait installé dans le téléphone.
Elle fit une pression au centre de l'écran sur une icône au centre de l'écran. Cet icone était représentée par une figure circulaire blanche [de quelque centimètres]; bordée par une ligne noire; avec au centre deux lettre NT. Une seconde après qu'elle eut relâchée la pression de son doigt, une nouvelle fenêtre s'affichait à l'écran. Tout en haut il y avait une barre bleu horizontale sur laquelle étaient horizontalement positionnés Quatre menus disposé en onglets. Actualités, Notifications, Messages, Cartes.
Le premier Onglet sur lequel l'application s'ouvrait, était tapissé d'un fond blanc grisé sur lequel se déroulait une liste de messages atypique:
* Kira Daniel en concert au palais des sports.
* LordEnvy a publié VL dans Reader
* Manu Choco a publié "les damnés de la terre"
* Claire vous envoyé sa localisation.
* Découvrez le nouveau système de positionnement

Sony fit une pression sur le message de Claire. Une autre fenêtre se superposa. Celle-ci était composée de deux sections. La première était un cadre horizontale rectangulaire d'un centimètre de hauteur sur laquelle de gauche à droite, étaient disposé une flèche dirige vers la gauche servait a revenir à la page suivante et le titre de la page : Position de Claire Dipanda. Sur la deuxième section était tapisse en fond d'une carte, au centre de laquelle était disposé un point rouge. Au-dessus de ce dernier, il y avait une bulle rectangulaire à l'intérieur de laquelle était noté:
#Claire a indiqué être ici il y'a environ une heure.

De son doigt, Sony fit pression sur l'icône en forme de flèche pour revenir à la fenêtre précédente. Celle-ci se superposa.
Elle pensait à arrêter l'application lorsque la notification au-dessus de celle Claire l'intrigua:
Manu Chocó a publié Les Damnés de la terre. C'était banal, mais la passionnée de littérature qu'elle était ne pouvait pas lire le titre d'une œuvre aussi célèbre de Frantz Fanon sans au moins s'arrêter pour lui rendre hommage. Une pression sur cette notification fit apparaître une nouvelle fenêtre. Cette dernière aussi en fond blanc était cependant composée de trois sections. Une section d'un centimètre de hauteur dans laquelle était marqué le nom de l'auteur de la publication : Manu Choco.la section suivante contenait un texte. C'était la publication.

La troisième section était composée d'un espace de saisie et d'un bouton marqué: commenter. Elle s'y retrouva facilement car il s'agissait en fait d'un forum. Les commentaires que faisaient les internautes venaient se greffer à cette section.
Apres un moment d'hésitation, Sony s'engagea dans la lecture du texte contenu dans la deuxième section:

#************************************************************************************************
#************************************************************************************************
#************************************************************************************************
#************************************************************************************************
#************************************************************************************************

Une relecture s'en suivit. Lorsque cette dernière fut achevée, Sony s'engagea à lire la troisième section qui contenait des réactions en réponse à ce texte.
-NT Luc Pomen# La seule chose de sure est que ce n'est pas une fillette de 9ans qui ait écrit cela. [#Il y'a 11min]
-NT Franck Etaba Badjeck # Pourquoi avoir toujours besoin de présenter l'Afrique dans une condition si pitoyable? [#Il y'a 8min]
-NT Franck Etaba badjeck# On la denude toujours en la presentant aux yeux du monde. #Il y'a 6min
-NT Luc Pomen# Voila un obsédé. Tu vois les gens nus partout? [#Il y'a 3min]
Entrer votre commentaire ici... #Commenter
Au premier abord, elle trouva le commentaire de Franck Etaba Badjeck sur la nudité disproportionné.

Ensuite elle se dit qu'il fallait qu'elle relise le Texte principale. Lorsqu'après coups, elle revint relire le texte principal, deux commentaires s'étaient ajoutés à la suite.
-NT Franck#-- ??? Pour dire? @Luc [#Il y'a 3min]
-NT Luc Pomen# il y'a pas de nudité ici, juste une petite fille qui se plein des conditions de vie en Afrique. [il y'a 1min]
Entrer votre commentaire ici. #Commenter.

Sony hésitait. Elle n'avait pas l'habitude de s'épandre sur les réseaux sociaux. Elle n'y trouvait aucun plaisir ou quelconque intérêt. Mais l'envie de donner son point de vue non pas sur le texte mais sur le thème soulevé [La nudité] la tenaillait.
Elle commençait à écrire dans l'espace de saisie et au bout d'un moment s'interrompait. Réfléchissait. Effaçait et marquait une pause. Écrivait de nouveau. Marquait une nouvelle pause et hésitait longuement. Enfin elle se décida puis dirigea son pouce pour faire pression sur le bouton commenter et valida.
Dès qu'elle eut appuyé, une fenêtre trois fois plus petite que celle du forum se superposa.

#Votre message n'a pas pu être envoyé: Vérifiez vos paramètres internet ou contactez votre fournisseur d'accès internet.
L'air agacée, elle étouffa un juron. Ensuite elle se dit à elle-même que ça devait être l'univers qui l'empêchait de commenter.
Quoi qu'il en soit, pensa-t-elle, c'était un mal pour un bien. Elle devait se préparer pour les cours. Puisque comme le pensait son forfait internet activé il y'a une semaine à la même heure avait dû s'achevé, elle souscrirait a un autre plus tard. Pour l'heure, il fallait qu'elle aille confondre Claire. Elle lui préparait une petite surprise.

********************

- Mais pourquoi t'as pas simplement suivit le chemin proposé sur NT?
A deux pas devant Sony, Claire avait sorti sa mine sérieuse pour reprendre son amie. Les klaxons des véhicules qui commençaient à créer un léger embouteillage, sur le tronçon de route qui va de Carrefour Nkomo au carrefour Sous-manguier couvraient le ton élevé de sa voix.

Elle dardait un regard des plus coléreux à son amie qui faisait mine de ne pas comprendre la raison. Claire s'était promis de combattre la désinvolture maladive avec laquelle l'autre affrontait la vie. Bien qu'elle admettait que l'Homme soit <Ondoyant et divers>>, mais ne comprenait cependant pas pourquoi une personne aussi jolie, aussi cultivée et aussi intelligente que Sony ne profitait pas de la vie. Ne profitait pas de ses petits plaisirs quotidiens qui mit ensemble, colorent le tracé existentiel. L'autre n'avait d'intérêt que pour ses livres, ses cahiers et éventuellement un ou deux films à l'occasion.
A leurs heures, leurs ères surtout leurs âges ou la jeunesse vivait la liberté entre amitié, amours et fêtes, l'amie récalcitrante préférait s'enfermer dans une prison de convictions, des tranchées de solitude.

Avait-elle peur? Comment sinon? Tout en fixant son amie, elle rajouta:
-Fais preuve de bonne volonté Sony!
Sony dépitée par l'accueil agressif de son amie, lui imposa un silence d'un geste, comme un enfant qui demande à être entendu.
-Mais puisque je te dis que j'avais plus de connexion internet? dit-elle d'une voix désinvolte!
-T'avais qu'à souscrire de nouveau ! s'écria Claire. Elle était énervée au point de hurler ses mots. Elle aurait aimé que Sony soit un petit enfant car une envie folle de lui donner une fessée la démangeait.
-C'est pas toi qui paye! reprit Sony d'un ton acerbe.
-Non mais c'est moi qui aie fait près d'un kilomètre à pieds pour te retrouver simplement parce que tu ne veux pas sortir de ta bulle.
Atterrée par ce qu'elle venait d'entendre, Sony resta un long moment bouche bée. La perplexité la ramena à la réalité! Que voulait dire Claire?
-De ma bulle! s'exclama Sony.
-Oui de ta bulle! reprit Claire d'une voix grave. Ta bulle.
-C'est pour cela que tu m'as fait venir ici? Pour me réprimander en pleine route? De quelle bulle tu parles? Vas-y explique toi!
Les mots de Sony résonnèrent dans la tête de Claire. Elle se rendit compte qu'elles étaient en pleine route et qu'elles offraient une scène aux passants. Il fallait mettre un terme à tout ceci. Elle reprit contenance, se redressa et expira profondément pour chasser la colère.
-Laisse tomber.

Elles se fixèrent un long moment, puis sans mot dire Claire se retourna et se mirent à avancer. Elle venait de faire un kilomètre pour trouver son amie qui s'était perdue dans ce vaste quartier, Au final pour se disputer pensa-t-elle. Pourtant, elle avait une agréable surprise pour elle. Elle héla un taxi, lui donna l'adresse de la rue de son copain. Dylan.

Lui au moins il savait apprécier l'amour qu'elle lui donnait. Et il lui rendait. Le taxi qui s'était arrêté la ramena à la réalité. Elle se retourna vers Sony et la questionna du regard pour savoir si elle venait ou pas. Sony dans ça désinvolture maladive, détourna le regard, fit une moue, afficha un air dépité puis résigné, s'avança vers Claire. Les deux amies entrèrent dans le taxi.
Avec chacune dans l'idée :
« J'ai une surprise pour toi, tu vas voir ».




Vous avez aimé cette histoire ? Partagez-la !
D'autres histoires que vous pourriez aimer...
Quitter la Lecture Zen Options Lecture audio
a
A



OK
Version mobile
Catégories